S’assurer de partir tranquille

mardi 14 mars 2017
par  Communiqué associatif
popularité : 4%

Je m’apprête à réserver un voyage à l’étranger pour ma famille c’est-à-
dire pour mon épouse, mes trois enfants et moi-même. Le tour-opérateur
me propose une assurance en complément de la prestation de base, vol
et hébergement. Pour cinq personnes, le coût n’est pas négligeable. Que
penser de ces assurances ? Sont-elles utiles et efficaces ?

C’est une question que de nombreuses personnes se posent au moment d’organiser un voyage et à laquelle il n’est pas simple de répondre. La réponse dépend des couvertures dont vous bénéficiez peut être déjà, de votre contexte familial, de votre destination et de votre niveau d’exigence pour partir l’esprit tranquille.

Inter : Attention au double-emploi
Avant d’accepter les assurances que le voyagiste vous propose, la première chose à faire est de vérifier quelles sont les prestations inclues dans vos contrats d’assurances déjà souscrits - habitation, automobile - et/ou intégrées aux services de votre carte bancaire. En effet, si vous payez votre voyage avec votre carte bancaire, certains produits sont généralement fournis comme l’assistance médicale, le rapatriement, le remboursement des soins, la visite d’un proche si vous êtes hospitalisé à l’étranger, l’invalidité ou le décès. D’autres prestations sont parfois prévues en cas de retard des transports, de vol de bagages, d’annulation ou d’interruption du voyage... Ces prestations dépendent de la carte bancaire que vous utilisez. Plus elle est haut de gamme, plus elle est susceptible de vous offrir des prestations étendues et des plafonds de prise en charge élevés. Il est donc essentiel de connaitre les couvertures dont vous bénéficiez peut être déjà avant d’envisager de payer des garanties qui risquent de faire double-emploi.

Inter : Entrer dans les clauses
Le contexte familial peut également influer le choix de l’assurance à souscrire. Si vous partez alors qu’un membre de votre famille est gravement malade, si votre enfant est susceptible de repasser un examen durant la période du voyage, si vous risquer de subir un licenciement, si vous-même ou un membre de votre famille soufre d’une maladie en cours de traitement... Toute cause d’annulation n’est pas forcément prise en charge par les assurances proposées. Là encore, il est nécessaire de se faire préciser les conditions d’annulation acceptées. De même, les liens de parenté acceptés - époux, partenaires ou concubin, belle-mère ou beau-père, etc... - avec la personne concernée par la cause d’annulation (décès, maladie...), sont à vérifier.

Inter : Faire un choix éclairé
Enfin, votre destination est un paramètre à prendre en compte à deux titres. Le prix du voyage est déterminant et on comprend que votre exigence quant au remboursement en cas d’annulation sera proportionnelle à la somme que vous avez engagée.
La destination peut aussi s’avérer être un facteur de risque. On imagine facilement qu’un trekking en cordillères des Andes présente peut être plus de risques qu’un séjour au bord d’une piscine dans un complexe hôtelier. Quoique...
Les contrats d’assurance et d’assistance sont pleins de "subtilités". Par exemple, la perte des bagages peut être prise en charge sur un vol aller et pas sur le vol retour ! Si pour vous, partir tranquille passe par la souscription d’une bonne assurance et d’une bonne assistance, n’hésitez pas à tout "checker". Ainsi, au moment de vous décider, si vous renoncer à certaines prestations, vous le ferez en connaissance de cause.
Michèle Berzosa pour Indecosa-CGT

Indecosa-CGT - L’avis
L’Assurance maladie couvre ses ayants-droit non seulement en France, mais aussi dans les États européens ainsi que dans d’autres pays comme l’Écosse, l’Islande, la Norvège ou la Suisse... Il faut pour cela faire établir une carte européenne d’assurance maladie (CEAM). Cette carte permet de bénéficier, lors du séjour à l’étranger, d’une prise en charge des soins médicaux selon la législation et les formalités en vigueur dans le pays du séjour. La CEAM est individuelle, nominative et gratuite. Chaque membre de la famille doit avoir sa propre carte y compris les enfants. La demande de CEAM peut se faire en ligne sur le site de l’Assurance maladie (ameli.fr), par téléphone ou dans sa caisse primaire.


0 vote

Commentaires

Annonces

NOS EMISSIONS SUR FR3

Dans la "Galerie", vous trouverez les émissions diffusées lors des années précédentes...
Hélas 2016 et 2017 n’ont pas vu encore de diffusions mais tout devrait reprendre, on y croit ....