Comment s’assurer du kilométrage d’un véhicule d’occasion acheté à l’étranger

vendredi 31 mars 2017
popularité : 4%

Certains vendeurs de véhicules d’occasion n’hésitent pas à manipuler le compteur pour diminuer le kilométrage affiché. Résultat : un argus décuplé en une trentaine de secondes et une voiture vendue en moyenne 3000 € plus chère. Le trafic de compteur kilométrique est notamment répandu Outre-Rhin : il concernerait plus d’un véhicule sur trois et causerait un dommage de près de 6 milliards d’euros par an à l’Allemagne1. Cette pratique sur les véhicules d’occasion en Allemagne est notamment dommageable aux consommateurs français qui sont nombreux à franchir le Rhin pour trouver la voiture de leur rêve. Pour lutter contre le trafic des compteurs
kilométriques des véhicules d’occasion, deux pays en Europe ont mis en place un certificat à remettre à l’acheteur lors de la vente qui précise le kilométrage parcouru d’un véhicule : une bonne pratique de nos voisins européens à développer en France et en Europe que vous détaille le Centre Européen des Consommateurs France.

Un certificat remis lors de la vente pour vérifier le kilométrage réel du véhicule

  • Si la manipulation du compteur kilométrique des véhicules est interdite dans 26 pays membres de l’UE, seuls 10 d’entre eux proposent une solution pour vérifier le kilométrage d’un véhicule avant son achat via notamment la consultation d’un registre national. La Belgique et le Pays-Bas sont les deux seuls pays à proposer un certificat à remettre à l’acheteur au moment de la vente qui détaille le kilométrage parcouru par le véhicule et la date à laquelle il a été relevé. Il certifie ainsi l’exactitude du kilométrage du véhicule à l’acheteur qui peut vérifier si le nombre de kilomètres indiqué au compteur correspond à la réalité. En Belgique, l’acheteur qui n’a pas reçu le « Car-Pass », le passé kilométrique de son véhicule, peut demander la résolution du contrat de vente. En France, la vérification du kilométrage du véhicule est possible mais seulement après son immatriculation. En effet, à chaque contrôle technique, le consommateur peut obtenir de l’UTAC-OTC le détail des contrôles effectués précédemment sur le véhicule avec notamment le kilométrage enregistré à chaque contrôle en France, par simple présentation d’une copie de sa carte grise à son nom et de sa carte d’identité.
    Pourquoi développer un Car-Pass en France et en Europe ?
  • La mise en place d’un tel certificat en France aurait pour effet immédiat de renforcer la confiance des acheteurs, français ou étrangers, dans le marché français de l’automobile et d’accroitre les ventes des véhicules d’occasion. Le Car- Pass en France aurait aussi pour conséquence de diminuer les trafics de compteurs kilométriques des véhicules d’occasion et donc de lutter contre les fraudes. En développant au niveau européen ce certificat, les doutes des Européens sur les vendeurs et les véhicules repérés dans un autre pays que le leur seraient levés. Confiants dans le marché européen de l’automobile, ils n’hésiteraient plus à franchir les frontières pour acheter un véhicule d’occasion dans un autre pays en Europe. Un petit geste qui peut donc rapporter gros !
    Une question, une réclamation à l’encontre d’un vendeur européen ? N’hésitez pas à contacter le Centre Européen des Consommateurs France : www.europe-consommateurs.eu

0 vote

Commentaires

Annonces

NOS EMISSIONS SUR FR3

Dans la "Galerie", vous trouverez les émissions diffusées lors des années précédentes...
Hélas 2016 et 2017 n’ont pas vu encore de diffusions mais tout devrait reprendre, on y croit ....